Et si dans les dernières lumières d’automne le plaisir était d’envoyer un popper sur les nénuphares, devant la gueule immense des bass ?