PIC NIQUE ARISTOCRATIQUE
7 votes, 5.00 avg. rating (95% score)

« Je passe te chercher vers 9h00 » . Mon bon  ami Stephen McPherson n’avais pas menti. À 9h00 tapantes, sa Land-Rover se garait dans la cour de notre maison faisant crisser le gravier. Le temps de ranger mes affaires de pêche dans le coffre et nous étions sur la route.

Il faut que je vous dise que le Steven en question était un vieux copain que j’avais rencontré il y a bien longtemps sur un loch écossais, non loin de sa demeure familiale, une espèce de château sans fantôme, aux pierres grises et sévères.

Il venait d’hériter d’une fortune colossale de ses parents qui avaient investit dans les mines de diamants du Transvaal. Contrairement aux légendes et autres lieus-communs, cet Ecossais était d’une générosité sans pareille comme vous allez pouvoir le constater.

Après avoir roulé une bonne heure dans des chemins de montagne, Stephen prit un sentier sur la gauche et sa Land-Rover nous conduisit sans difficulté tout près d’une petite rivière dont j’ai “promis -juré” de ne pas révéler le nom.

« C’est pas beau ça ? » fit Stephen avec son délicieux accent écossais.

Il faut avouer que l’endroit avait un petit côté paradisiaque que l’on rencontre uniquement en visionnant des séries documentaires à la con sur « la beauté du monde ». On n’y croit qu’à moitié. Un truc… Il y avait certainement un truc caché… une sorte de Dieu adepte de PhotoShop qui aurait bricolé ce fichu lieu où nous nous trouvions.

Et nous nous mimes à pêcher dans cette carte postale. Mais le Dieu cité plus haut aurait pu se fendre de mettre un peu plus de poissons dans la rivière car mis à part deux ou trois chevesnes maigrichons..

Soudain, une mystérieuse sonnerie…

«  Qu’est-ce que c’est que ce truc-là ? »

« Pas de souci, Flèche, c’est seulement mon réveil, là..à l’intérieur de la poche de mon gilet,… qui indique qu’il est midi et que donc, il est l’heure du lunch. »

Stephen McPherson ne cessera donc jamais de me surprendre quand, du coffre de sa voiture, il extirpa une malle en osier de forte taille contenant entre autres une belle nappe blanche que j’aidais à étaler dans l’herbe. Suivirent les assiettes en pure “Limoges” décorées de naïves scènes de pêche, des couverts en argent, des verres en cristal et des serviettes brodées aux armes familiales.

« Assieds-toi Flèche et prépares toi bien car mon adorable femme, Chastity, nous a concocté un petit repas qui devrait nous divertir les papilles.

Pensez bien que je ne me fis pas prier et Stephen  sortit immédiatement d’un de ces paniers une “crème safranée au Saint-Jacques et langoustines “, accompagné d’un succulent vin blanc « Clos du Baillé 2004 ». C’était la première fois que je mangeais des coquilles Saint-Jacques crues et je dois dire que la sauce au safran les rendait succulentes. Ensuite, Stephen sortit d’un second panier un plat de foie gras aux truffes et au porto que la bouteille d’Esta Reserva Organico rendait encore plus merveilleux sur les tranches de pain brioché.

Quant au “Bar, zestes d’orange à la sauce au champagne ” qui suivit, finesse et élégance étaient au rendez vous, si bien que le dessert, «  Poire au miel d’acacia et Sauternes ” acheva de me faire perdre pied.

Le soleil, là, entre les branches, nous fit cligner les yeux tant et si bien qu’une bonne sieste accompagnée de chants d’oiseaux du sous-bois s’annonça salvatrice.

Lorsque nous nous réveillâmes, il était 7h00 passées. Notre sieste avait été plus longue que prévu mais absolument admirable. Une merveilleuse sieste. (Et je m’y connais en sieste, croyez-moi !)

De retour à la maison ou ma glorieuse femme m’attendait, je n’avais qu’une seule envie, c’était de la couvrir de caresses, de caresses les plus douces et appuyées. ( J’ai dû faire comprendre à coups de pieds à ma petite chienne qu’il était malséant de vouloir partager nos ébats et je lui ai claqué au museau, la porte de la chambre.

Quelle merveilleuse journée de pêche !