Avec la rentrée, le retour de la fraîcheur des nuits dans le grand nord, la pluie, inévitablement on se prend à regarder les canaux, à penser aux polders de Hollande et à se dire qu’il est temps de préparer la saison du brochet. C’est-à-dire à massacrer la caisse de déco de Noël et les tiroirs du bureau de ma fille pour en tirer un bouquet de fanfreluches brillantes à ligoter façon poulet rôti sur un 5/0 redoutable. Le montage des streamers à brochet a un côté agricole, voire franchement bourrin qui rafraîchit quand on s’est tapé quelques suées sur des CDC sur hameçon de 20. Bien sûr, ça n’empêche pas que ça soit un art subtil à sa manière, aussi. Et doté d’une surprenante profondeur historique.

Břetislav Kašpar a trouvé, dans une traduction de textes anciens sur la pêche, la description de mouches bavaroises, utilisées au XVIe siècle pour capturer des brochets. Et à partir des indications sibyllines de ces antiques traités et non sans quelques choix interprétatifs, a produit un très bon papier sur GlobalFlyFisher et quatre vidéos de montage. C’est long et hésitant, bien loin de McPhail, Weilenmann et Tightlines, mais le projet est complètement fascinant. Nous, on se voit trop bien en hauts de chausses à fouetter des Tegernsee Bavarian sur des 9wt en bambou.