LE MOUCHING IN BRAZIL – MANAUS 1
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

(READ IN ENGLISH)  J’avais un billet pour Manaus, c’était déjà le début d’une magnifique obsession. Manaus ! Je vous rappelle les faits ? Vous voulez faire une pause Wikipédia ? De Sao Paulo y’a deux heures de décalage horaire et quatre heures d’avion. C’est loin et puis y’a la forêt, et les poissons…

Mais bon arrivé au Brésil handicapé je n’avais pas de matériel avec moi ! Que faire alors qu’on s’apprête à pénétrer dans la nef de la cathédrale du Peacock Bass ? S’agenouiller et pleurer ? Ma GLX dans mon placard parisien, je m’en étais presque rendu à acheter une promo lancer baitcasting avec canne en 4 brins dans mon escale de Sao Paulo quand je me suis dit que Betinho devait bien avoir une solution pour trouver du matos mouche.

Betinho mon frère d’un soir, rencontré en mars 2011, ancien roi de la finance qui a décidé de Vivre son rêve devenu, à l’image de la croissance brésilienne fulgurante, un des personnage incontournable du noble art de la pêche à la mouche ici au pays du football et de la caïpiriña. Quand il ne guide pas un groupe à la pêche au saumon chilien, il est en Argentine pour tourner un film sur la pêche du dourado, présent dans tous les journaux, à la télévision, et sinon dans sa cuisine à se faire des tartines de pain et de beurre avec ma gueule tout en buvant du Malbec argentin servi à température s’il vous plaît.

En dégustant sa sauce bière mangue improvisée, j’avais quand même une pincée d’angoisse : Et le matos ? Ça va me couter un bras non ? Mais quand Betinho m’a dit : T’inquiète pas je vais te prêter ce qu’il faut, tu ne payeras que les mouches. Alors là j’ai tout de suite regardé mon verre vide et me suis empressé de lui tendre en m’exclamant : Beleza !

Une heure plus tard, dans une ivresse de bons repas mais surtout nourrie des fantasmes de pêche amazonien, je sortais sous les nuages menaçants des étés de SaoPaulo, une canne soie de 10 en main et quelques mouches géniales que je fantasme déjà bonnes pour le bar. Merci Betinho !  Peacock faites vos prières, me voilà prêt au combat ! Si Deus quiser, comme on dit ici…

PS Betinho : Il y a quelques livres de Jim Harrison et Richard Brautigan qui sont traduits en portugais..

So I bought that ticket for Manaus even though I didn’t have any kind of fishing tackle with me because of my harm, remember ? But Manaus bro’ ! Shall we have a Wiki pause ? Manaus is really far from everything, 4 hours from Sao Paulo and two hours of jet lag, but the forest, the peacock bass, the adventure, the dream..

In the rainy Sao Paulo’s madness inferno (11 millions of people !) I was about to buy a baitcasting set because no way to go in peacock bass’s mecca without any kind of fishing tackle.. Am I right ? But I had to ask my only brazilian fly fishing friend : the maestro Betino if he had any ideas how to get in touch with fly fishing tackle.

Betinho that I met back in march 2011 in Brazil, another other example of Living the dream as its best. He use to be this king of finance who finally decide to go fishing instead of loosing his time in an office ! Now if he is not in Argentina to fish dourado, he is probably in Chile guiding some brazilians fly fishing enthusiast for salmon, you will see him on television as soon as they need someone to talk about our favorite sport and open any brazilian fishing magazine to witness him in some remote spots… But today Betino is sharing a good argentinian Malbec wine in his kitchen while cooking for me.

While I was relishing with goosebumps Betino’s pineapple & beer sauce that he just invented in a creative impulse, I couldn’t escape to ask him with creeps : Would you have any tips where I can find fly fishing tackle without ruining myself ? The man looks at me and says : Don’t worry son ! I will find you some rods and stuff and you will pay the baits. I looked at my empty glass, grabbed it and lift my arm to shout : Beleza !

Then an hour later I was out on the street again, looking at the grey sky of Sao Paulo rainy summer with a big smile on my face. I didn’t know yet when and where in Amazonas I will use them but I have a line 10 rod and some crazy flies that I had witnessed last time already (sure they would work on our european sea bass !). Thank you Betino ! Amazonian peacock bass make your prayer, here I come ! Loaded.

Betino’s PS : Yes Jim Harrison and Richard Brautigan’s books are translated in portuguese ! Some of them..