Au Mouching, on a toujours aimé ces moments où, sur un coup de tête, tu gares ta caisse au bord de l’eau et tu sors une canne pour explorer un méandre, pour profiter d’un rayon de soleil, ou juste parce que là tu ne tiens plus, ça fait trop longtemps. Et vivre ça, en général, ça n’est possible que s’il existe un corps de territoire qui soit le bien de tous, qui soit ouvert à chacun. Il nous semble que c’est seulement au nom de ce bien commun qu’il est possible de prendre conscience que la nature est précieuse dans son ensemble, et pas seulement le petit coin autour duquel on a mis sa clôture.

Bref : qu’on fasse des parcs, des réserves, qu’on finance et qu’on protège le plus beau de nos biens communs.